Le XO par Neisson Full Proof 54,2°

Format

,

Contenance

70 cl

Degré

54.2

Âge

++

Millésime

2006

Packaging

Étui

Genre

Rhum, Rhum pur jus de canne, Rhum AOC Martinique

Particularité

Brut de fût

Nos coups de cœur

Nos autres coups de cœur

187.00  Bouteille :

En stock

16.26  Échantillon 5 cl :

En stock

Ce XO de la petite distillerie martiniquaise – petite par la taille et non par la qualité de ses rhums, bien au contraire – est en réalité un 11 ans d’âge. En effet, après une distillation dans la colonne créole “maison”, il a d’abord été placé en fût ex cognac de mars 2006 à octobre 2014, date à laquelle il a été transféré dans un fût ex bourbon pour y reposer jusqu’au 28 juillet 2017, date de son embouteillage. On a fait le calcul pour vous : 11 ans de vieillissement !

La seconde caractéristique de ce rhum est qu’il a été embouteillé “full proof” c’est à dire sans réduction de son degré d’alcool à la sortie du fût avec de l’eau de source. À notre connaissance c’est une première chez Neisson.

Ce sont 5 fûts de 190 litres en tout qui ont ainsi permis de produire cette série limitée.

La note de dégustation de Nico

En bref : boisé – fruits – torréfaction – épices douces – fumée – sec – complexe

Au nez, la rondeur du boisé est saisissante et assez unique. D’un air naturel, comme si de rien était, ce boisé débouche sur une mangue à la chair bien jaune, à parfaite maturité, dont on s’imagine alors parfaitement ronger le noyau. Quelques notes de bois chauffé et de noix de coco plus tard, les fruits à coque bien gras expriment toute leur gourmandise.
L’aération conserve exactement le même profil, avec sans doute des arômes plus puissants et saisissants. Le rhum se déploie plutôt que de s’éventer, il renverse nos dernières défenses avec un boisé assez incroyable de présence et de richesse. Le temps permet d’apprécier toute la complexité des arômes qui tissent ce rhum : cuir, noix, épices, boite à cigare, biscuit sablé…

L’attaque en bouche est étonnamment douce, elle démarre par un gentil boisé vanillé qui cependant appuie très vite et très fort sur la pédale d’accélération. Elle nous propulse alors dans une tornade de fruits à coque, de bois toasté, de noix de coco grillée, de vanille, de mangue très mûre, et autres réjouissances toutes généreuses et tropicales. Le voyage n’est pas brutal pour autant, on se laisse volontiers emmener.

La finale est longue et gourmande, elle se recentre sur le chêne toasté qui délivre une vanille et une coco particulièrement savoureuses.

“Neisson ou le grand art dans le domaine du boisé. La patte de la maison est bien reconnaissable, et au-delà de cela, contempler la complexité qui s’y trouve est un privilège que l’on se félicite de s’offrir…”

Neisson

L’histoire des rhums Neisson

La distillerie Neisson a été fondée en 1931 par deux frères d'une famille de commerçants du Carbet ayant fait l’acquisition de l’habitation Thieubert. Situé près de Saint-Pierre, au pied de la Montagne Pelée, cet ensemble de parcelles de 20 hectares de canne à sucre jouit de conditions particulièrement favorables, aussi bien du point de vue climatique que géologique. Le rhum a rapidement bénéficié d’une excellente réputation sur l’île de Martinique.

Jean Neisson, le cadet, poursuivant ses études de chimie à paris, a alors créé une société d’import-export pour vendre ses rhums en métropole. Bientôt, le rhum Neisson y rencontre le même succès qu’aux Antilles. C’est à la même époque (1952) qu’est née la fameuse bouteille Zépol Karé, reconnaissable entre toutes, et qu’une nouvelle colonne Savalle en cuivre a été implantée à la distillerie. Ce nouvel appareil de distillation, modifié et personnalisé par les soins de Jean lui-même, marquera un bond supplémentaire en qualité pour les rhums Neisson.

Adrien, le plus jeune frère, décède en 1971, puis Jean disparaîtra quant-à lui en 1986. La reprise de la distillerie est confiée à la sœur de Jean, assistée du maître distillateur, mais la gestion des outils de production et de la commercialisation sont difficiles et l’affaire familiale connaît de grandes difficultés.

C’est à la mort de sa tante que Claudine Vernant-Neisson, la fille de Jean, hérite de la distillerie en 1995. Cette grande biologiste et médecin n’était pas du tout prédestinée à ce métier mais entreprit tout de même d’exaucer le souhait de son père qui désirait léguer la distillerie à son petit-fils Grégory.

Grégory Vernant-Neisson a donc également reçu cette grande maison en héritage, ainsi que la passion et la philosophie de son grand-père qu’il a connu lorsqu’il était très jeune, notamment en ce qui concerne le respect du terroir avec des pratiques agricoles déjà avant-gardistes pour l’époque.

La reprise fut tout de même difficile, avec un outil de production en piètre état et des stocks de rhums vieux laissés à l’abandon. Il a fallu apprendre le métier mais aussi faire des investissements très importants pour retrouver une qualité satisfaisante. Aujourd’hui, cet objectif est largement dépassé car les rhums Neisson font partie des rhums agricoles les plus célèbres et les plus applaudis du monde.

Le rhum Neisson

La distillerie Neisson fait partie, avec La Favorite, des deux dernières distilleries indépendantes et familiales de Martinique. Elle représente à peine 2% de la production de l’île mais tient une place importante dans le cœur de ses habitants.

Des 20 hectares de canne à l’origine, le domaine s’est progressivement agrandi pour atteindre 49 aujourd’hui (dont 4 hectares en Bio), ce qui rend la distillerie auto-suffisante en matière première.

Le premier rhum Bio est né en 2016 après un début de conversion des terres en 2013, c’est une étape supplémentaire vers une véritable légitimation de la notion de terroir.

Neisson produit exclusivement du rhum agricole (à base de pur jus de canne) et presse son jus grâce à un moulin datant de 1937. La fermentation se fait en cuves d’acier inox et peut durer jusqu’à 5 jours, le maximum autorisé par l’AOC Martinique (120 heures), ce qui est très long par rapport à la plupart de ses confrères. Une campagne de recherche poussée lui permet depuis 2011 de travailler avec ses propres souches de levure, afin de restituer au mieux l’identité de son terroir.

La distillation est assurée par Grégory Vernant-Neisson lui-même, sur la colonne Savalle installée et modifiée par son grand-père. Le rhum qui s’en écoule titre à 73°, il est alors placé en cuves d’acier inox et assemblé avec des distillats des années précédentes afin de garder une cohérence aromatique d’une année à l’autre. Le rhum blanc est lentement aéré et réduit avant d’être embouteillé.

Les rhums vieux ont longtemps été élevés de façon « traditionnelle » en ex-fûts de Bourbon et de Cognac de 180 à 650 Litres. Mais ce parc de fûts est progressivement remplacé par des fûts neufs élaborés spécialement pour Neisson, avec du chêne Français et Américain, ainsi que des grains et des chauffes soigneusement choisis. Le but à terme est d’avoir des fûts uniquement consacrés au rhum.

La gamme des rhums Neisson est vaste, elle s’étend du rhum blanc 52,5% classique et sa version Bio, jusqu’au 21 ans, véritable prouesse technique, en passant par le brut de colonne L’esprit de Neisson (qui existe aussi en Bio), le vieux, le XO, et des millésimes incroyables.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Le XO par Neisson Full Proof 54,2°”

Laissez un avis visiteur

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Si vous aimez, nous vous recommandons :