L’équipe

3 passionnés de rhum sont à votre service : Olivier, Nico et Laurent !

Olivier

“J’ai commencé à m’intéresser aux spiritueux lorsque j’ai travaillé pour le groupe Pernod Ricard, notamment au Royaume Uni où j’ai pu être quotidiennement au contact des distilleries Aberlour (le fameux single malt haut de gamme, Glennalachie (d’où sort le Clan Campbell essentiellement) situées toutes deux dans le Speyside, et Edradour (la plus petite distillerie en Ecosse, dans les highlands).

Au-delà du produit final, mon métier de contrôleur de gestion m’a conduit à m’intéresser à l’ensemble du processus de fabrication. La passion des écossais pour le whisky a été communicative. Rentré en France 2 ans 1/2 plus tard je n’étais pas prêt d’oublier cette expérience !

Après plus de 10 ans passés ensuite dans un tout autre secteur qui m’a notamment beaucoup sensibilisé à l’importance du service client, j’ai décidé récemment de concilier mon désir d’entreprendre et mon goût prononcé pour les spiritueux en créant ce site dédié à 100% au rhum.

Pourquoi le rhum plutôt que le whisky ? Les français connaissent déjà bien le whisky, alors que le rhum, que je trouve personnellement au moins tout aussi intéressant d’un point de vue gustatif et culturel, est en pleine croissance et beaucoup moins connu. Mon désir d’accompagner les clients dans la découverte d’un produit trouvait donc tout son sens avec le rhum.

Mes rhums préférés ? Surtout le blanc de dégustation, et le moins réduit possible (donc le plus fort possible en alcool, mais consommé avec une très grande modération rassurez-vous) ! Les jamaïcains, les clairins d’Haïti, certains agricoles de Martinique, de Guadeloupe et de Marie-Galante… Évidemment mes goûts évolueront encore et dans un an je modifierai pour écrire autre chose.”

 

Laurent

“Si ma passion pour le rhum est récente, elle est aussi très intense. Pour s’en convaincre, il suffit de visiter mon blog l’homme à la poussette.

Je cherchais depuis quelque temps à me “professionnaliser”. Et lorsque Freddy (de la boutique A’Rhum, où je passais une bonne partie de mon temps libre) m’a parlé d’Olivier et de son site je l’ai tout de suite contacté. Son projet correspondait en effet en tout point à ce que je cherchais : transmettre ma passion du rhum en animant des séances dégustation et en donnant des conseils aux internautes en fonction de leurs goûts.

Par exemple Olivier et moi avons travaillé sur un petit projet qui a demandé un peu de temps de développement informatique : la possibilité de suggérer de façon argumentée à quelqu’un qui aime un rhum particulier d’autres rhums proches mais tout de même suffisamment différents pour qu’il y ait l’aspect découverte sans pour autant risquer d’éventuelles déconvenues. Voir par exemple Ferroni Rosé Rhum Blend.

Olivier m’a tout de suite mis à l’aise : je n’aurai jamais à “mettre en avant” un produit que je n’apprécie pas trop. En effet il était important que ce soit dit depuis le début : il faut que mes 2 activités (mon blog et le site rhumattitude.com) soient compatibles. Pas question d’encenser sur un site un rhum sur lequel j’aurai dit du mal la veille sur mon blog !
Aussi lorsque je rédige une note de dégustation j’essaye d’être aussi objectif que possible, puis si j’ai particulièrement apprécié le rhum, je donne mon opinion à la fin, “entre guillemet”, puisqu’elle n’engage que moi.
En ce qui concerne le rhum tous les goûts sont permis : pour m’en convaincre il suffit de constater à quel point mes sensibilités ont évolué depuis le début !”

 

Nico

“J’ai vraiment commencé à m’intéresser au rhum au début des années 2000 lors de voyages en Martinique. Emerveillé par les visites de distilleries comme celle de JM par exemple (je garde un souvenir ému de la descente vers Fonds-Préville, de la visite en toute liberté et de la dégustation à la bonne franquette avec le personnel de la distillerie), j’ai découvert des alcools de haute volée, des artisans, et des histoires passionnantes.

Pendant quelques années j’ai modestement collectionné les rhums martiniquais en essayant de réunir tout ce que je pouvais trouver en métropole. La chose était assez ardue, les amateurs et les cavistes initiés étant plus rares que maintenant, ou en tout cas moins connectés. Ce n’est qu’au début des années 2010 que j’ai trouvé plus qu’un caviste initié : un spécialiste ! Alors que j’étais uniquement concentré sur les rhums de Martinique, j’y ai déjà goûté un rhum de Guadeloupe. Quelle révolution diront les moqueurs ! Et comme si je n’avais pas été assez loin dans ma révolution, j’ai goûté des rhums de mélasse Sud-Américains. Je découvrais l’existence de ce petit pays que l’on appelle Guyana (pourtant je ne suis pas trop mauvais en géo) et quelque temps après je goûtais à une bouteille noire aux étiquettes austères et au prix extravagant (selon mes critères du moment, si j’avais su…). C’est cet Enmore 1995 qui m’a définitivement perdu, la première gorgée m’a sidéré.

Depuis j’arrive à reproduire de temps en temps cette sensation grâce à des rhums de toutes contrées. La passion pour ce qui est devenu pour moi plus qu’une boisson n’a fait que grandir et m’a poussé à m’intéresser à la fabrication, à l’histoire, et à tout ce qui peut s’y rapporter. Elle a également suscité beaucoup de curiosité car à mesure que l’on découvre l’éventail infini des rhums, on a forcément envie de tous les goûter, de les comparer, de se faire sa propre culture. J’ai récemment décidé de partager mes recherches et mes découvertes avec mon blog Cœur de chauffe . Ce blog m’a permis de rencontrer Olivier et Laurent et me voilà !”