A.H. Riise Non Plus Ultra Black 42°

Format

,

Contenance

70 cl

Degré

42

Âge

+++

Packaging

Étui

Genre

Rhum, Rhum de tradition anglaise (Rum), Rhum traditionnel de mélasse

129.00  Bouteille :

En stock

12.11  Échantillon 5 cl :

En stock

A.H. Riise Non Plus Ultra Black 42° : Description et avis clients

A.H. Riise Non Plus Ultra Black provient des Îles vierges américaines, situées à côté de Porto Rico, entre la Mer des Caraïbes et l’Océan Atlantique.

Il s’agit du même rhum que le A.H. Riise Non Plus Ultra, mais vieilli dans un fût de chêne américain fortement brûlé.

C’est une édition limitée.

La note de dégustation de Nico

En bref : rond – torréfaction – fruits – épices douces – pâtissier

Au nez, c’est un Riise bien noir que nous découvrons. D’abord du café, puis beaucoup de mélasse, une mélasse bien noire, épaisse et réglissée. Cette épaisseur est enveloppante et même entêtante, on pense à un café très sucré ou à un caramel bien brûlé mais aussi très beurré. Le côté bonbon cher à la marque est bien présent, mais pour l’instant il couve sous la cendre.
C’est l’aération qui délivrera toute la confiserie débridée que l’on connaît habituellement avec ces rhums. Les bonbons s’invitent à la fête : guimauve à la cerise, fraises tagada, bananes acidulées, tout le monde est là.

En bouche, l’attaque est très douce, puis laisse place à une bouffée d’épices de Noël. Autre signature de la marque, ces épices sont bien au rendez-vous. Un torrent de vanille emporte ensuite une foule de confiseries : bonbon lait-fraise, sucette à la cerise, les gourmands seront ravis !

En finale, la réglisse trouve une petite place, entourée avant tout d’un univers en sucre glace.

“Une version un peu plus sombre du style de la marque, mais on retrouve ses marqueurs très gourmands et doucement épicés sans souci…”

A.H. Riise

L’histoire du rhum A.H. Riise

Albert Heinrich Riise était un pharmacien danois parti s’installer sur l’île de St Thomas, ancienne colonie danoise qui fait aujourd’hui partie des îles vierges américaines (avec St Croix et St John). En 1838, il a été autorisé par le gouvernement danois à ouvrir sa pharmacie dans la ville de Charlotte Amalie. Il y produisait de l’alcool avec un petit alambic, et notamment du rhum, des liqueurs et des bitters pour soigner les maux d’estomac. C’est le Riise’s Bay Rum qui a fait sa fortune quelques années après, bien qu’il ne s’agisse pas tout à fait d’un rhum, mais plutôt d’une eau-de-cologne.

Le succès de ses produits l’a ensuite conduit à produire un véritable rhum. Il était vendu à la marine danoise (dilué à 33%), au Danemark, mais aussi en Amérique Latine et dans les Caraïbes.

Le fils d’Albert, Frederik, photographe de son état, a repris l’entreprise familiale pour l’emmener encore un peu plus loin. Il a présenté sa pharmacie ainsi le rhum A.H. Riise à l’exposition universelle de Copenhague en 1888, et obtenu une médaille d’or. Cette médaille figure d’ailleurs encore sur la cuvée 1888 consacrée à cet événement.

À l’époque, le rhum A.H. Riise était un assemblage de rhums des Caraïbes (de la pharmacie de St Thomas, mais aussi de Jamaïque, de la Barbade et de Trinidad) et d’Amérique Centrale. Il a également été présenté aux expositions universelles de Rio en 1922 et de Paris en 1925.

À partir de 1928, la pharmacie a été rachetée, et le rhum A.H Riise a été produit sur l’île de St Croix, au sein de la distillerie Cruzan. Il a été vendu sous plusieurs marques, dont Old St. Croix, Riise's Guava rum et A.H. Riise rum. Ces rhums ont connu un certain succès, jusqu’à leur disparition en 1965.

Une jeune entreprise danoise, A.H. Riise Spirits, a souhaité rendre hommage au passé des spiritueux danois, et a relancé la marque dans les années 2000.

Le rhum A.H. Riise

Le rhum A.H. Riise est aujourd’hui produit au sein de la distillerie Cruzan, sur l’île de St Croix, dans les Îles Vierges Américaines. Avant 1960, St Croix était une île productrice de sucre, donc la mélasse employée à la distillerie était quasiment entièrement locale. Elle provient maintenant du Guatemala.

Cette mélasse est diluée avec de l’eau de pluie et fermentée sur une durée de 24 heures en moyenne.

À l’époque de la pharmacie familiale, le rhum était distillé en pot-still. Il est désormais produit dans un complexe multi-colonnes très performant.

Le rhum est ensuite mis en anciens fûts de Bourbon de la distillerie Jim Beam. Il bénéficie souvent de finitions dans d’autres fûts, qu’ils soient de Sauternes ou de Porto par exemple.

A.H. Riise propose une gamme étendue de rhums, spiced rums, liqueurs et bitters. Elle embouteille régulièrement des séries limitées, ainsi qu’une carafe haut de gamme appelée Non Plus Ultra.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “A.H. Riise Non Plus Ultra Black 42°”

Laissez un avis visiteur

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez, nous vous recommandons :