Bally 3 ans bouteille pyramide 45°

Format

,

Contenance

70 cl

Degré

45

Âge

+

Packaging

Étui

Profil

Bois, Complexe, Épices douces, Fruits, Sec, Végétal

Genre

Rhum, Rhum pur jus de canne, Rhum AOC Martinique

42.90  Bouteille :

En stock

5.96  Échantillon 5 cl :

En stock

Bally 3 ans bouteille pyramide 45° : Description et avis clients

C’est dans les années 30 que la bouteille emblématique pyramidale de la distillerie Bally voit le jour pour mettre en valeur la couleur acajou du rhum agricole vieilli en fût.

Bally 3 ans bénéficie du label AOC comme les autres rhums de la marque.

La note de dégustation de Nico

En bref : canne – puissant – bois – épices douces – fruit doux – rond et intense en bouche

Le nez montre la puissance et la fougue d’un rhum encore jeune. La canne est intense, fraîche et végétale, elle vient juste d’être coupée. Le feu des premiers instants étant passé, le jour se lève sur des fruits doux et mûrs, puis sur un boisé sophistiqué fait de fruits à coque fondus et de vanille.
Avec l’aération, le profil ne changera pas foncièrement mais le rhum aura tendance à se fondre d’avantage et à gagner en cohérence. On oubliera également la fougue tout en gardant suffisamment de fraîcheur pour rester à l’équilibre.

En bouche, l’attaque est douce, puis le rhum monte crescendo sur les épices et le bois, se resserrant ainsi peu à peu sur la langue. La canne est ainsi portée jusqu’au sommet de son intensité, avant de gonfler et de se fondre en fruits gourmands et arrondis par la vanille.

En finale, le rhum a délivré tous ses arômes complexes, il est dépouillé de ses artifices. Reste une canne simple et savoureuse, proche de celle du rhum blanc d’origine.

« Bally montre un savoir-faire indéniable sur ce « jeune vieux » déjà mature, aux arômes aboutis… »

Bally

L’histoire de la distillerie Bally commence avec la fondation de l’Habitation de Lajus en 1774 qui profite à l'époque des terres volcaniques du Carbet ainsi que de la maison de maître et de la petite exploitation sucrière déjà implantée.
Peu après le cataclysme de Saint-Pierre auquel il échappe de justesse, le domaine Lajus est sous le coup d’une saisie immobilière.

C’est en 1917 que Jacques Bally, jeune ingénieur des Arts & Manufactures sortant de l'École Centrale de Paris, fait l’acquisition des lieux et entreprend sa restauration en l’équipant d’une nouvelle colonne de distillation et d’une machine à vapeur.

Dans les années 30, le fondateur créé la bouteille pyramidale qui fera la renommée de la marque.

En 1987, la distillerie est transférée au Simon (où sont produits notamment HSE et Clément), puis, à partir de 1996, Bally est produit au sein de la distillerie Saint James.

Depuis 2003, la marque appartient à la Martiniquaise, d'ailleurs acquise en même temps que Saint James.

1 avis visiteur(s)

  1. romain

    C'est ma deuxieme expérience chez Bally. On trouve des marqueurs communs dans les différentes versions.
    Robe : Caramel

    Au nez, le Bally 3 ans , on est dans la canne, le végétal et le bois et la vanille apparaissent par la suite. Une petite touche fruité est à noter.

    En bouche, on est dans le moelleux. On retrouve la vanille, le boisé et les épices. Les notes végétales sont moins présentes toujours là.

    Finale : mi-longue

    Il y a une complexité dans ce trois ans d'age qui me laisse vraiment perplexe. C'est un travail de qualité de la part de J. Bally pour produire un rhum de 3 ans aussi intéressant. C'est un rhum particulier qui faut gouter pour se faire une idée.

    3.5-4/5

Add a review

Laissez un avis visiteur

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez, nous vous recommandons :