Linkwood 1992 24 ans Cadenhead’s Small Batch 50,9°

Format

,

Contenance

70 cl

Degré

50.9

Âge

+++

Packaging

Étui

Genre

Whisky

Profil

Céréales, Complexe, Épices fortes, Fleurs, Fruits, Pâtissier, Végétal

Bouteille :

Rupture définitive

13,97  Échantillon 5 cl :

En stock

Linkwood 1992 24 ans Cadenhead’s Small Batch 50,9° : Description et avis clients

Ce Linkwood, de la série des small batch de Cadenhead, est âgé de 24 ans. Il est le fruit de l’assemblage de 2 fûts de bourbon de 1992.
Seules 384 bouteilles ont été produites à partir de ces 2 fûts.

Note de dégustation de Thomas

Le nez est d’ores et déjà intrigant. Cela évoquera sans aucun doute à beaucoup les parfums de pâte à cake en préparation. On retrouve même les émanations de levure, poussant jusqu’au bout cet esprit pâtissier. Toutefois, ce nez a plusieurs flèches à son arc. Ainsi, la crème au citron vient couvrir du malt aux accents fermiers et des notes herbeuses et végétales (feuilles mortes, coriandre, origan). Quelques notes d’abricots, de pommes et de toffee apparaissent également.

L’aération fait ressortir sa nature profonde. La crème tend vers la cire, les herbes et la pâte à gâteau sont mixés à de l’huile d’olive, de la bergamote, de la vanille et de la rhubarbe. Une impression légèrement poussiéreuse se dégage alors de l’ensemble.
La dilution met en exergue les fleurs (œillet, rose) qui se pare de douceur. La noix de coco, la vanille, la crème au citron et la lavande ressortent plus nettement.

La bouche est douce, bien intégrée mais complexe. La pâte est désormais cuite (cake, brioche) mais la crème au citron est toujours là. Le sirop de pomme, le miel et la bergamote forment le trio tirant son épingle du jeu dans cette première partie de bouche. On bascule ensuite vers une diversité intéressante, porteuse de lavande, de feuilles mortes, de toffee ou encore des fruits (piquant du kiwi, grenade, coco râpée). On découvre aussi du poivre Sansho.
La dilution fait ressortir ses divers visages. On a immédiatement une dimension florale (lavande, lys, rose) puis une strate fruitée (abricot, kiwi, coco). Ce sont alors les épices qui galvanisent le profil (poivre noir, poivre Sansho). Ce dernier gagne finalement quelques feuilles mortes et de la pâte à gâteau.

La finale est plus vanillée et toujours briochée. Cependant, elle charrie bien plus d’herbes (herbe coupée, thym, coriandre, roquette, menthe) qu’auparavant. On garde alors en bouche la pâtisserie, le poivre Sansho et les bonbons à la menthe. Une crème légèrement fermière et maltée ainsi qu’une touche de violette se révèlent tardivement.
La dilution permet de mettre en scène le citron sous diverses formes (frais, crème, zeste). On découvre également du malt, de la crème et des fleurs.

« Un whisky qui reste immédiat malgré une belle complexité ainsi qu’une vision pâtissière et florale originale... »

Cadenhead

Réclamant son titre de plus vieil embouteilleur d’Écosse, Cadenhead est assurément l’une des firmes phares du monde des spiritueux.

Cadenhead : une réinvention depuis 1842

C’est en 1842 que la firme voit le jour à Aberdeen au 47 Netherkirkgate où elle demeure par la suite plus de 130 ans.

À l’origine, on retrouve George Duncan, négociant en vins et agent pour les distilleries. Quelques années plus tard, il est rejoint par son beau-frère, un certain William Cadenhead. Quand ce dernier obtient l’affaire en 1858 suite à la mort de Duncan, il la renomme en utilisant son nom.

En 1904, c’est au tour de William Cadenhead de décéder et son neveu, Robert W. Duthies, reprend le flambeau. C’est à cette époque que Cadenhead voit son activité se concentrer sur les spiritueux, avec l’embouteillage de single malt et de rhum Demerara. De même, il développe l’assemblage avec des marques telles que The Deluxe Putachieside et The Heilanman.

Après le décès de Robert W. Duthies, c’est une employée, Ann Oliver, à qui revient la lourde tâche de pérenniser l’affaire et ce jusque dans les années 60. N’ayant que peu de connaissance sur le sujet, elle ne fait pas évoluer la firme ce qui finit par aboutir à la vente de l’entreprise. L’entrepôt est plein et cela donne alors lieu à la plus grosse vente de vins et de spiritueux de l’histoire de la Grande-Bretagne, les 3 et 4 octobre 1972 chez Christie’s.

C’est J&A Mitchell, propriétaire de Springbank et Kilkerran, qui remet ensuite Cadenhead sur les rails. L’entreprise se situe désormais à Campbeltown et possède des boutiques à travers l’Europe.

Cadenhead : un embouteilleur hétéroclite

S’ils proposent divers spiritueux, y compris du cognac, ce sont les whiskys et les rhums qui sont au cœur de l’offre de Cadenhead.

Pour ce qui est des whiskies, on retrouve des assemblages au sein de la gamme Cadenhead creations (des small batchs principalement), des blends et des undisclosed distillery (le nom de la distillerie n’est pas dévoilé pour ce type de whisky) au sein de la gamme William Cadenhead. On peut aussi citer la gamme single cask, la small batch cask strength, la small batch 46 (whiskys réduits) et des gammes exclusives pour les magasins Cadenhead (Authentic Collection, World Whiskies, Closed Distilleries).

De même, les rhums sont répartis dans la gamme Cask Strength Rum, les Green Label (réduits à 46%) et les Classic Blended Rum.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Linkwood 1992 24 ans Cadenhead’s Small Batch 50,9°”

Laissez un avis visiteur

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez, nous vous recommandons :

  • Un whisky complexe et atypique, démontrant tout l’intérêt des embouteillages indépendants…
  • Un vision apaisée de la combinaison entre fleurs et pâtisserie…