Neisson 10 ans 2007 70 ans Velier 58,1°

Contenance

70 cl

Degré

58.1

Âge

++

Millésime

2007

Packaging

Coffret bois

Profil

Bois, Complexe, Épices douces, Sec, Torréfaction

Genre

Rhum, Rhum pur jus de canne, Rhum AOC Martinique

Particularité

Brut de fût

315,00 

En stock

Neisson 10 ans 2007 70 ans Velier 58,1° : Description et avis clients

Ce millésime 2007 (année de la récolte, de la distillation et de la mise en vieillissement) a séjourné un peu plus de 10 ans en fût de bourbon dans les chais de la célèbre distillerie martiniquaise Neisson avant d’être mis en bouteille en 2017 à son degré naturel, sans réduction.

Il s’agit d’une édition limitée à 500 bouteilles seulement

Note de dégustation

En attendant notre propre note de dégustation voici les marqueurs principaux relevés par la distillerie : boisé, notes torréfiées (cacao et chocolat), finale épicée.

Neisson

L’histoire des rhums Neisson

La distillerie Neisson a été fondée en 1931 par deux frères d'une famille de commerçants du Carbet ayant fait l’acquisition de l’habitation Thieubert. Situé près de Saint-Pierre, au pied de la Montagne Pelée, cet ensemble de parcelles de 20 hectares de canne à sucre jouit de conditions particulièrement favorables, aussi bien du point de vue climatique que géologique. Le rhum a rapidement bénéficié d’une excellente réputation sur l’île de Martinique.

Jean Neisson, le cadet, poursuivant ses études de chimie à paris, a alors créé une société d’import-export pour vendre ses rhums en métropole. Bientôt, le rhum Neisson y rencontre le même succès qu’aux Antilles. C’est à la même époque (1952) qu’est née la fameuse bouteille Zépol Karé, reconnaissable entre toutes, et qu’une nouvelle colonne Savalle en cuivre a été implantée à la distillerie. Ce nouvel appareil de distillation, modifié et personnalisé par les soins de Jean lui-même, marquera un bond supplémentaire en qualité pour les rhums Neisson.

Adrien, le plus jeune frère, décède en 1971, puis Jean disparaîtra quant-à lui en 1986. La reprise de la distillerie est confiée à la sœur de Jean, assistée du maître distillateur, mais la gestion des outils de production et de la commercialisation sont difficiles et l’affaire familiale connaît de grandes difficultés.

C’est à la mort de sa tante que Claudine Vernant-Neisson, la fille de Jean, hérite de la distillerie en 1995. Cette grande biologiste et médecin n’était pas du tout prédestinée à ce métier mais entreprit tout de même d’exaucer le souhait de son père qui désirait léguer la distillerie à son petit-fils Grégory.

Grégory Vernant-Neisson a donc également reçu cette grande maison en héritage, ainsi que la passion et la philosophie de son grand-père qu’il a connu lorsqu’il était très jeune, notamment en ce qui concerne le respect du terroir avec des pratiques agricoles déjà avant-gardistes pour l’époque.

La reprise fut tout de même difficile, avec un outil de production en piètre état et des stocks de rhums vieux laissés à l’abandon. Il a fallu apprendre le métier mais aussi faire des investissements très importants pour retrouver une qualité satisfaisante. Aujourd’hui, cet objectif est largement dépassé car les rhums Neisson font partie des rhums agricoles les plus célèbres et les plus applaudis du monde.

Le rhum Neisson

La distillerie Neisson fait partie, avec La Favorite, des deux dernières distilleries indépendantes et familiales de Martinique. Elle représente à peine 2% de la production de l’île mais tient une place importante dans le cœur de ses habitants.

Des 20 hectares de canne à l’origine, le domaine s’est progressivement agrandi pour atteindre 49 aujourd’hui (dont 4 hectares en Bio), ce qui rend la distillerie auto-suffisante en matière première.

Le premier rhum Bio est né en 2016 après un début de conversion des terres en 2013, c’est une étape supplémentaire vers une véritable légitimation de la notion de terroir.

Neisson produit exclusivement du rhum agricole (à base de pur jus de canne) et presse son jus grâce à un moulin datant de 1937. La fermentation se fait en cuves d’acier inox et peut durer jusqu’à 5 jours, le maximum autorisé par l’AOC Martinique (120 heures), ce qui est très long par rapport à la plupart de ses confrères. Une campagne de recherche poussée lui permet depuis 2011 de travailler avec ses propres souches de levure, afin de restituer au mieux l’identité de son terroir.

La distillation est assurée par Grégory Vernant-Neisson lui-même, sur la colonne Savalle installée et modifiée par son grand-père. Le rhum qui s’en écoule titre à 73°, il est alors placé en cuves d’acier inox et assemblé avec des distillats des années précédentes afin de garder une cohérence aromatique d’une année à l’autre. Le rhum blanc est lentement aéré et réduit avant d’être embouteillé.

Les rhums vieux ont longtemps été élevés de façon « traditionnelle » en ex-fûts de Bourbon et de Cognac de 180 à 650 Litres. Mais ce parc de fûts est progressivement remplacé par des fûts neufs élaborés spécialement pour Neisson, avec du chêne Français et Américain, ainsi que des grains et des chauffes soigneusement choisis. Le but à terme est d’avoir des fûts uniquement consacrés au rhum.

La gamme des rhums Neisson est vaste, elle s’étend du rhum blanc 52,5% classique et sa version Bio, jusqu’au 21 ans, véritable prouesse technique, en passant par le brut de colonne L’esprit de Neisson (qui existe aussi en Bio), le vieux, le XO, et des millésimes incroyables.

Velier

L’histoire de Velier

Velier est un société italienne, plus précisément génoise, ville dont elle a hérité son talent de grand marchand. C’est un certain Casimir Chaix qui la crée en 1947, puis la développe jusqu’en 1953, année où elle commence à s’affirmer comme importateur de vins, spiritueux et produits d’épicerie fine.

Elle confirme et prospère ainsi jusqu’en 1983, date où le jeune Luca Gargano (27 ans) y fait son entrée.

Cet homme d’affaires, photographe, grand voyageur et amoureux de rhum, a commencé sa carrière en tant que « brand ambassador » pour les rhums Saint-James dans les années 1970. C’est à cette époque qu’il effectue son premier voyage aux Antilles, et tombe amoureux du rhum, et plus largement de la culture caribéenne. Notons que c’est également lors de ses premiers voyages qu’il découvre une réserve de Rhum Saint James 1885, embouteillé en 1952. Il décidera alors de mettre en lieu sûr une partie de ce qui deviendra un des joyaux du monde du rhum.

En 1983, alors qu’il est directeur marketing de Spirit Spa, le plus gros importateur italien de spiritueux, il devient actionnaire majoritaire de Velier. Dès 1985, il décide de mettre en valeur des produits de qualité avant tout, et commence ainsi à s’adresser à des restaurants et bars à vins haut de gamme. Velier commence alors à distribuer le champagne Billecart-Salmon, encore peu connu à cette époque.

Velier est la première société italienne à importer les « vins du nouveau monde » (Chili, Californie, Nouvelle-Zélande…) en 1988. Cette recherche de la qualité à travers le monde se poursuit avec l’introduction de cachaças, mezcals et piscos sur le marché italien dès 1991.

Transmettre la passion du rhum

Lors de la création de la marque El Dorado en 1992, elle en devient le premier distributeur en Europe. C’est également à cette époque que Luca Gargano achète ses premiers fûts de rhums des Caraïbes, ainsi que de single malts écossais, pour proposer ses premiers embouteillages indépendants en 1995.

Velier conserve un goût pour les produits fins et exclusifs, et devient en 1999 l’ unique importateur de cigares cubains en Italie.

La passion que développe Luca Gargano pour l’authenticité s’exprime en 2001, lorsqu’il rédige le manifeste Triple A (Agriculteur, Artisan, Artiste), en faveur des vins nature. Puis, en 2002, vient le premier embouteillage de rhum brut de fût, un Damoiseau 1980, prémices d’un bouleversement du monde du rhum.

Autre grande date pour les amoureux de rhum, 2003 et la rencontre de Mr Gargano avec Yesu Persaud, directeur de DDL au Guyana. De leur amitié naîtra une série d’embouteillages de Demerara bruts de fûts qui resteront dans les annales. C’est aussi lors de ces sélections que Luca découvre la différence entre le vieillissement tropical et continental, qu’il n’aura de cesse de souligner par la suite.

Velier aura décidément marqué son temps en ce début de XXIème siècle, puisqu’elle commercialise en 2005 le premier Caroni « original » en brut de fût. C’est le début d’une longue série d’embouteillages extrêmement convoités, car voués à une fin inéluctable, la distillerie de Trinidad ayant fermé ses portes en 2002.

Un premier rêve se concrétise pour Luca Gargano

En 2008, Luca Gargano et Vittorio Capovilla, en collaboration avec Bielle, installent leurs alambics sur l’île de Marie-Galante pour créer la marque Rhum Rhum. Ces rhums agricoles donneront par la suite naissance à la série des Libération. Dans cette même approche puriste des rhums de pur jus de canne, Velier met en bouteille les clairins d’Haïti en 2012. Ces eaux-de-vie traditionnelles de canne, alors totalement inconnues, sont dotées d’un caractère unique et offrent aux amateurs une nouvelle vision de la catégorie.

2015 voit la fin du partenariat entre Velier et DDL, suite au départ à la retraite de Yesu Persaud. Mais c’est aussi à ce moment que naît la gamme Habitation Velier, mettant en valeur les techniques traditionnelles de distillation. Ce projet, à valeur en partie pédagogique, porte également une idée de classification du rhum, avec une volonté de hisser ce spiritueux au rang des plus grands, à l’image du Scotch Whisky.

L’un des partenaires de Luca Gargano dans ce projet de valorisation du rhum est Mr Richard Seale, patron de la distillerie Foursquare de la Barbade, avec qui il démarre une série d’embouteillages en 2016. Velier fête ensuite son 70ème anniversaire en 2017, et offre une série de rhums de whiskies qui feront date.

La nouvelle ère de La Maison & Velier

En 2017, Velier s’associe avec La Maison du Whisky, dans une joint venture appelée La Maison & Velier. Ce projet a notamment pour ambition de commercialiser aux États-Unis les produits importés par Velier. C’est chose faite en 2018, lorsque les premiers clairins arrivent sur les étagères américaines.

2018 sera une année riche pour la maison italienne, avec la sortie de son premier grogue du Cap-Vert, la création de la série de mezcals « Palenqueros » et le rachat du stock de la distillerie Hampden qui présente ses premiers embouteillages officiels lors du « Tasting of the century » à Londres.

Cette même année, Luca Gargano et Velier nous proposent de continuer notre exploration du rhum, en proposant des styles anciens provenant des distilleries de Long Pond et de Clarendon en Jamaïque.

En 2019 a eu lieu la « Caroni Ceremony », où des amateurs de Caroni se sont réunis à Cognac pour déguster les derniers fûts de Caroni fraîchement rapatriés en Europe. En effet, si Luca Gargano est un fervent défenseur du vieillissement sous climat tropical, il a dû se rendre à l’évidence qu’une maturation de plus de 20 ans y était compliquée. Il a donc décidé de cesser ce vieillissement en plaçant les rhums en dame-jeanne et en cuve inox, pour les futurs et ultimes embouteillages de Caroni.

2020 apportera aussi son lot de grandes premières, puisque Velier embouteille pour la première fois des rhums Neisson, Appleton et River Antoine sous sa bannière. C’est aussi en cette année pourtant compliquée que les premières gouttes de rhum Providence sortent de l’alambic de la toute nouvelle distillerie de Gargano et Capovilla, installée en Haïti.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Neisson 10 ans 2007 70 ans Velier 58,1°”

Laissez un avis visiteur

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *