Velier Foursquare Plenipotenziario 60°

Format

,

Contenance

70 cl

Degré

60

Âge

++

Packaging

Étui

Genre

Rhum, Rhum de tradition anglaise (Rum), Rhum traditionnel de mélasse

Particularité

Brut de fût

Millésime

2007

Profil

Bois, Épices douces, Rond, Torréfaction

138,00  Bouteille :

En stock

12,76  Échantillon 5 cl :

En stock

Velier Foursquare Plenipotenziario 60° : Description et avis clients

Velier Foursquare Plenipotenziario est une collaboration entre la distillerie de la Barbade et l’importateur italien Velier. Richard Seale et Luca Gargano n’en sont pas à leur coup d’essai, puisqu’ils ont déjà connu de francs succès avec ces fameux Foursquare en « bouteille noire ».

Deux distillats de mélasse ont été produits en 2007 et assemblés dans le fût. Ainsi, le distillat léger provient de la triple colonne Coffey, et le distillat lourd, du pot-still à double retors. Les fûts ont vieilli durant 12 ans sous climat tropical, à la Barbade. En octobre 2019, 6000 flacons ont été embouteillés sur place, brut de fût.

La note de dégustation de Nico

Au nez, une jolie concentration de chêne américain se présente. On hésite alors entre le chocolat chaud à la noix de coco et à la vanille d’une part, et un sorte de cake à la banane aux éclats de coco et recouvert de cacao de l’autre. La gourmandise est donc au rendez-vous, c’est rien de le dire, mais sans sensation sucrée ou démesurément ronde.

L’aération dissipe légèrement cette pâte de cacao et de coco, pour nous laisser admirer davantage le bois et les fruits à coque. La fibre du chêne, tendre et blanche, semble imbibée d’un rhum généreux. À mesure que l’on regagne la surface du bois, l’on retrouve des arômes plus torréfiés, avec des noix et des noisettes grasses et grillées. Une note de solvant se détache également, signe d’une concentration qui n’a pas faibli.

En bouche, l’attaque est ronde et chaleureuse, le rhum enrobe largement l’ensemble des papilles. Une pâte bien grasse de fruits à coque commence à diffuser ses arômes, à mesure que le rhum continue de s’écraser sur le palais. La puissance est au service de la concentration, jamais de la brûlure de l’alcool. La vanille et la noix de coco invoquent la banane et le bois blanc, ce dernier laissant échapper quelques gouttes de résine.

La finale est légèrement salée, elle se resserre sur la mélasse réglissée.

« Une nouvelle bombe de gourmandise de la part de Foursquare, qui enveloppe aussi bien le nez que les papilles… »

Foursquare

L’histoire de Foursquare

Foursquare est une distillerie familiale et indépendante de la Barbade, gérée depuis ses débuts par la famille Seale. Dès 1883, Reginald Leon Seale se forme à l’art de l’assemblage des rhums. Il fonde sa première entreprise, R.L. Seale & co en 1926, pour commercialiser la marque Calypso. À l’époque, à la Barbade, les distilleries avaient l’interdiction de vendre leurs propres rhums. Ceux-ci s’écoulaient alors sur le marché local via des embouteilleurs ou des marques indépendantes. En ce qui concerne l’Europe, ils étaient vendus à des courtiers qui fournissaient des embouteilleurs indépendants, surtout britanniques.

Reginald Clarence prend la suite de son père en 1946, avant de passer la main à son fils David en 1969. Richard Seale, l’illustre propriétaire actuel, entre dans la société en 1992. Ce dernier rachète rapidement les marques Doorly’s et Old Brigand. Ces assemblages de rhums sont produits à la WIRD (West Indies Rum Distillery), car R.L. Seale & Co ne distille pas encore ses propres rhums.

La construction de la distillerie Foursquare commence alors en 1996, sur le site de l’ancienne sucrerie-distillerie du même nom, qui avait fermé ses portes en 1984. Cette jeune distillerie dispose alors d’une configuration très moderne et efficiente.

Les rhums de Foursquare

Foursquare produit des rhums de mélasse. Celle-ci est diluée et mise à fermenter à l’aide de levures importées d’Afrique du Sud, dans des cuves de 400 hectolitres, parmi lesquelles on compte une cuve mère de fermentation. La fermentation se déroule en deux temps : on contrôle d’abord la température de la cuve, avec une partie du moût à distiller. Puis, une fois la température convenable atteinte, on l’élève petit à petit durant une période de 20 heures, tout en ajoutant progressivement le reste de mélasse à fermenter.

La distillation s’effectue à l’aide de deux appareils. Il y a d’un côté une triple colonne Coffey, qui peut selon les besoins fonctionner avec 2 colonnes. Ces colonnes fonctionnent sous vide, elles peuvent donc distiller à basse température et ainsi conserver un maximum d’arômes. La première colonne est constituée de deux parties, en inox et en cuivre. Les deux autres sont en inox, avec des plateaux en cuivre. La dernière colonne (de rectification), comporte 40 plateaux et le distillat obtenu titre à 94 %.

D’autre part, il y a un alambic pot-still avec une petite colonne, 2 retors et 2 condenseurs. Les pièces de cet alambic personnalisé ont été fabriquées en Ecosse, en Italie et à la Barbade. Lors de la distillation, le brouillis sort à 30 % dans le premier retors, puis il est redistillé pour s’écouler à 78-80 %. Les rhums les plus aromatiques sont évidemment produits dans ce pot-still caribéen.

Le vieillissement, élément clé

L’identité des rhums de la distillerie Foursquare réside justement dans l’assemblage de ces deux types de distillats, assemblés avant la mise en fût. La distillerie produit essentiellement des rhums vieux. La quasi-totalité de sa production est enfûtée, après avoir été réduite à 65 %.

Le chai est impressionnant et répond à la demande des multiples marques embouteillés à Foursquare. Parmi elles, Doorly’s, R.L. Seale’s, Sixty Six ou Real Mc Coy, ainsi que les embouteillages portant le nom de la distillerie. On y comptait 14.000 fûts en 2014, un chiffre en constante augmentation (on parle de 40.000 en 2020!).

Le style classique de la maison est obtenu après vieillissement en ancien fût de bourbon. Mais Richard Seale aime expérimenter la double maturation. C’est d’ailleurs un retour aux sources, car avant les années 1950, les rhums étaient surtout vieillis dans des fûts de vins échangés avec le vieux continent. À l’image du Doorly’s XO (fût de bourbon et fût de sherry oloroso), les rhums de la marque Foursquare bénéficient ainsi souvent de doubles maturations, en fût de porto, de sherry ou de madère par exemple.

La série des « exceptional casks », et surtout les bruts de fûts comme le millésime 2005, ont établi une sorte de standard pour la catégorie.

Richard Seale est un fervent défenseur des rhums authentiques, et a trouvé un alter-ego en la personne de Luca Gargano de Velier. Cette amitié a donné lieu à plusieurs collaborations fameuses, comme le Triptych, le Destino, ou encore le Plenipotenziario.

Velier

L’histoire de Velier

Velier est un société italienne, plus précisément génoise, ville dont elle a hérité son talent de grand marchand. C’est un certain Casimir Chaix qui la crée en 1947, puis la développe jusqu’en 1953, année où elle commence à s’affirmer comme importateur de vins, spiritueux et produits d’épicerie fine.

Elle confirme et prospère ainsi jusqu’en 1983, date où le jeune Luca Gargano (27 ans) y fait son entrée.

Cet homme d’affaires, photographe, grand voyageur et amoureux de rhum, a commencé sa carrière en tant que « brand ambassador » pour les rhums Saint-James dans les années 1970. C’est à cette époque qu’il effectue son premier voyage aux Antilles, et tombe amoureux du rhum, et plus largement de la culture caribéenne. Notons que c’est également lors de ses premiers voyages qu’il découvre une réserve de Rhum Saint James 1885, embouteillé en 1952. Il décidera alors de mettre en lieu sûr une partie de ce qui deviendra un des joyaux du monde du rhum.

En 1983, alors qu’il est directeur marketing de Spirit Spa, le plus gros importateur italien de spiritueux, il devient actionnaire majoritaire de Velier. Dès 1985, il décide de mettre en valeur des produits de qualité avant tout, et commence ainsi à s’adresser à des restaurants et bars à vins haut de gamme. Velier commence alors à distribuer le champagne Billecart-Salmon, encore peu connu à cette époque.

Velier est la première société italienne à importer les « vins du nouveau monde » (Chili, Californie, Nouvelle-Zélande…) en 1988. Cette recherche de la qualité à travers le monde se poursuit avec l’introduction de cachaças, mezcals et piscos sur le marché italien dès 1991.

Transmettre la passion du rhum

Lors de la création de la marque El Dorado en 1992, elle en devient le premier distributeur en Europe. C’est également à cette époque que Luca Gargano achète ses premiers fûts de rhums des Caraïbes, ainsi que de single malts écossais, pour proposer ses premiers embouteillages indépendants en 1995.

Velier conserve un goût pour les produits fins et exclusifs, et devient en 1999 l’ unique importateur de cigares cubains en Italie.

La passion que développe Luca Gargano pour l’authenticité s’exprime en 2001, lorsqu’il rédige le manifeste Triple A (Agriculteur, Artisan, Artiste), en faveur des vins nature. Puis, en 2002, vient le premier embouteillage de rhum brut de fût, un Damoiseau 1980, prémices d’un bouleversement du monde du rhum.

Autre grande date pour les amoureux de rhum, 2003 et la rencontre de Mr Gargano avec Yesu Persaud, directeur de DDL au Guyana. De leur amitié naîtra une série d’embouteillages de Demerara bruts de fûts qui resteront dans les annales. C’est aussi lors de ces sélections que Luca découvre la différence entre le vieillissement tropical et continental, qu’il n’aura de cesse de souligner par la suite.

Velier aura décidément marqué son temps en ce début de XXIème siècle, puisqu’elle commercialise en 2005 le premier Caroni « original » en brut de fût. C’est le début d’une longue série d’embouteillages extrêmement convoités, car voués à une fin inéluctable, la distillerie de Trinidad ayant fermé ses portes en 2002.

Un premier rêve se concrétise pour Luca Gargano

En 2008, Luca Gargano et Vittorio Capovilla, en collaboration avec Bielle, installent leurs alambics sur l’île de Marie-Galante pour créer la marque Rhum Rhum. Ces rhums agricoles donneront par la suite naissance à la série des Libération. Dans cette même approche puriste des rhums de pur jus de canne, Velier met en bouteille les clairins d’Haïti en 2012. Ces eaux-de-vie traditionnelles de canne, alors totalement inconnues, sont dotées d’un caractère unique et offrent aux amateurs une nouvelle vision de la catégorie.

2015 voit la fin du partenariat entre Velier et DDL, suite au départ à la retraite de Yesu Persaud. Mais c’est aussi à ce moment que naît la gamme Habitation Velier, mettant en valeur les techniques traditionnelles de distillation. Ce projet, à valeur en partie pédagogique, porte également une idée de classification du rhum, avec une volonté de hisser ce spiritueux au rang des plus grands, à l’image du Scotch Whisky.

L’un des partenaires de Luca Gargano dans ce projet de valorisation du rhum est Mr Richard Seale, patron de la distillerie Foursquare de la Barbade, avec qui il démarre une série d’embouteillages en 2016. Velier fête ensuite son 70ème anniversaire en 2017, et offre une série de rhums de whiskies qui feront date.

La nouvelle ère de La Maison & Velier

En 2017, Velier s’associe avec La Maison du Whisky, dans une joint venture appelée La Maison & Velier. Ce projet a notamment pour ambition de commercialiser aux États-Unis les produits importés par Velier. C’est chose faite en 2018, lorsque les premiers clairins arrivent sur les étagères américaines.

2018 sera une année riche pour la maison italienne, avec la sortie de son premier grogue du Cap-Vert, la création de la série de mezcals « Palenqueros » et le rachat du stock de la distillerie Hampden qui présente ses premiers embouteillages officiels lors du « Tasting of the century » à Londres.

Cette même année, Luca Gargano et Velier nous proposent de continuer notre exploration du rhum, en proposant des styles anciens provenant des distilleries de Long Pond et de Clarendon en Jamaïque.

En 2019 a eu lieu la « Caroni Ceremony », où des amateurs de Caroni se sont réunis à Cognac pour déguster les derniers fûts de Caroni fraîchement rapatriés en Europe. En effet, si Luca Gargano est un fervent défenseur du vieillissement sous climat tropical, il a dû se rendre à l’évidence qu’une maturation de plus de 20 ans y était compliquée. Il a donc décidé de cesser ce vieillissement en plaçant les rhums en dame-jeanne et en cuve inox, pour les futurs et ultimes embouteillages de Caroni.

2020 apportera aussi son lot de grandes premières, puisque Velier embouteille pour la première fois des rhums Neisson, Appleton et River Antoine sous sa bannière. C’est aussi en cette année pourtant compliquée que les premières gouttes de rhum Providence sortent de l’alambic de la toute nouvelle distillerie de Gargano et Capovilla, installée en Haïti.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Velier Foursquare Plenipotenziario 60°”

Laissez un avis visiteur

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez, nous vous recommandons :