Dzama Ambré de Nosy-Bé Prestige 52°

Format

,

Contenance

70 cl

Degré

52

Packaging

Sans

Genre

Rhum, Rhum traditionnel de mélasse

Âge

+

Profil

Bois, Épices douces, Fleurs, Fruits, Rond, Torréfaction

47,90  Bouteille :

En stock

6,32  Échantillon 5 cl :

En stock

Dzama Ambré de Nosy-Bé Prestige 52° : Description et avis clients

Dzama Ambré de Nosy-Bé Prestige est un des premiers rhums créés par Lucien Fohine, le fondateur de la marque Dzama.

Aujourd’hui la distillerie de l’île de Nosy-Bé sur laquelle l’ambré était produit à l’origine a fermé. Cependant la formule ainsi que le degré élevé (52°) qui permet de soutenir les arômes n’ont pas changé. Ce rhum est désormais un assemblage des 2 distilleries situées les plus au sud de l’île de Madagascar : Brickaville et Murundavia. Celles-ci sont implantées dans des régions sèches où les épices dominent (poivriers et girofliers).

Les fûts de chêne utilisés pour le vieillissement proviennent de Strathisla, la distillerie écossaise du Speyside qui produit essentiellement Chivas Regal.  Les fûts arrivent à Madagascar pleins de whisky destiné au marché local, ce qui influe bien entendu sur les aômes de Dzama Ambré.

Après un vieillissement de 18 mois, le Maître de Chai supervise l’assemblage du rhum avant la mise en bouteille.

La note de dégustation de Nico

Le nez de ce rhum léger est plutôt délicat et aura besoin d’un peu d’air pour commencer à s’exprimer. L’alcool déploie quelques notes de fleurs séchées, puis de fruits très légers et acidulés. Avec le temps, le registre se fait plus torréfié, avec des touches de café et de bois brûlé.

En bouche, on trouve une vanille lovée dans les veines d’un bois bien caramélisé. Le rhum conserve son allure légère, malgré un côté torréfié bien marqué. C’est son côté très sucré qui équilibre tout cela et qui entretient les arômes les plus doux.

La finale est sucrée et vanillée.

Dzama

Le rhum Dzama voit le jour en 1982, bien après l'indépendance de Madagascar en 1960.

Auparavant, le rhum consommé localement était de qualité assez variable et aucune grande marque ne prédominait.

C'est Lucien Fohine, pour moitié malgache et pour moitié chinois, qui créé la société et le rhum Dzama. Il reprend alors une distillerie installée sur l’île de Nosy-Bé, au Nord-Ouest de Madagacar, près d'une sucrerie où elle puise sa mélasse.

Le nom Dzama est le diminutif de Dzamandzar où est produit le rhum. De même le nom de la société qui possède la marque, Vidzar, est la contraction de “Vieux Rhum de Dzamandzar”.

Par la suite un centre de production est également créé dans le capitale malgache, Tananarive, et d'autres distilleries voient le jour. D'ailleurs aujourd'hui Dzama n'est plus produit sur Nosy-Bé, son île qui l'a vu naître.

Dzama commence alors à utiliser des fûts de chêne pour faire vieillir ses rhums, ce qui est une première sur l'île qui n'est pas habituée aux rhums vieux.

Les fûts utilisés pour le vieillissement viennent d'Écosse et sont pleins lorsqu'ils arrivent. En effet Lucien Fohine, qui avant même de s'intéresser aux rhums distribuait du whisky écossais, est habilité à embouteiller des singles malts. Il réutilise donc ensuite les fûts pour faire vieillir le rhum.

À la mort de Lucien en 1996, c'est son fils Franck Fohine, qui n'a alors que 17 ans, qui reprend l'affaire familiale. Il devient par la suite également le maître de chai de la distillerie grâce à des études réalisée en France d’œnologie, de viticulture et de distillation. Il élargit l'offre en réalisant, notamment, des punchs.

La part de marché des spiritueux de Dzama a Madagascar est aujourd'hui de 60%.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Dzama Ambré de Nosy-Bé Prestige 52°”

Laissez un avis visiteur

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez, nous vous recommandons :