Domaine de Bellevue

Domaine de Bellevue

L’histoire des rhums du Domaine de Bellevue

Le Domaine de Bellevue et son moulin voient le jour en 1821 à Capesterre-De-Marie-Galante. On y produit uniquement du sucre, jusqu’en 1910, première année de distillation de Lire plus

L’histoire des rhums du Domaine de Bellevue

Le Domaine de Bellevue et son moulin voient le jour en 1821 à Capesterre-De-Marie-Galante. On y produit uniquement du sucre, jusqu’en 1910, première année de distillation de rhum agricole.
La distillerie connait de nombreux propriétaires successifs, jusqu’au rachat par la famille Godefroy en 1924. C’est Gabriel Godefroy qui est d’abord aux affaires, avant de passer la main à son fils Albert… Lire plus

L’histoire des rhums du Domaine de Bellevue

Le Domaine de Bellevue et son moulin voient le jour en 1821 à Capesterre-De-Marie-Galante. On y produit uniquement du sucre, jusqu’en 1910, première année de distillation de rhum agricole.
La distillerie connait de nombreux propriétaires successifs, jusqu’au rachat par la famille Godefroy en 1924. C’est Gabriel Godefroy qui est d’abord aux affaires, avant de passer la main à son fils Albert.

Une première modernisation a lieu durant l’entre-deux-guerres. L’ancien alambic à repasse est alors abandonné en faveur de la colonne créole. Cette distillation en continu permet alors d’augmenter grandement le rendement, si bien que Bellevue prend la première position des producteurs de Marie-Galante avec 39,000 litres de rhum durant l’année 1940.

Toujours tenue par la famille Godefroy, la distillerie est la seule à embouteiller son rhum à la sortie de la deuxième guerre mondiale. Il est alors connu sous le nom de Magalda. En 2001, c’est le groupe Bardinet / La Martiniquaise qui fait l’acquisition de la distillerie, et qui en confie la direction à Mr Hubert Damoiseau, petit neveu d’Albert Godefroy.

S’en suit alors un projet novateur et précurseur : rendre la distillerie éco-responsable. En 2003, elle est entièrement modernisée, et l’on y implante notamment des panneaux solaires. L’ancienne machine à vapeur qui alimente tout le système n’est pas abandonnée, elle fonctionne entièrement à la bagasse. Une attention particulière est également portée aux effluents. La vinasse est entreposée dans des bassins afin d’être dépolluée et de servir d’engrais naturel dans les champs de canne.
Tous ces efforts en font l’une des seules distilleries du monde à pouvoir se targuer d’un bilan carbone positif.

La production de rhum au Domaine de Bellevue

Le Domaine de Bellevue est la plus grande exploitation cannière de Marie-Galante, avec plus de 140 hectares cultivés. La canne à sucre est traditionnellement coupée à la main et transportée par des bœufs, mais la coupe peut aussi être mécanique.

La distillerie dispose de 3 moulins qui pressent la canne fraîche. Le jus à fermenter est ensuite envoyé dans l’une des 12 cuves de fermentation en inox. Le vesou fermenté durant 40 heures à l’aide de levures de boulangerie titre à 5 ou 6 % d’alcool.
La distillation s’effectue dans 2 colonnes créoles, d’où le rhum s’écoule à 77 %.
Le Domaine de Bellevue est le plus gros exportateur de Guadeloupe, avec une production de 1 500 000 litres par an.

Les rhums du Domaine de Bellevue

La grande majorité des rhums du Domaine de Bellevue est embouteillée sans vieillissement. La distillerie fournit son rhum à différents clients, mais embouteille aussi ses propres rhums blancs. Le degré traditionnel de l’île de Marie-Galante est de 59°, mais il existe aussi un rhum blanc à 50°.

Seuls 5% de la production sont mis en vieillissement. Celui-ci s’effectue en fûts de chêne américain et français (ex-bourbon et ex-cognac).
La gamme de rhums vieux se compose des fameux “1821”, de la Réserve spéciale, d’un 10 ans et d’un XO. Lire moins

Filtrer de produits Voici le seul résultat
Tri
Âge
Pack
Profil
Particularité
Coups de cœur
Degré
Prix