Dzama Millésime 1998 45°

Format

,

Contenance

70 cl

Degré

45

Packaging

Sans

Genre

Rhum, Rhum traditionnel de mélasse

Âge

++

Millésime

1998

Profil

Bois, Épices douces, Rond, Torréfaction

87.90  Bouteille :

En stock

9.18  Échantillon 5 cl :

En stock

Dzama Millésime 1998 45° : Description et avis clients

Dzama 1998 est le tout premier millésime de la gamme. L’année a été choisie notamment pour marquer l’arrivée de Franck Fohine, le fils du fondateur de la marque, à la tête de l’entreprise Vidzar.

Même année mais pas même fût et pas non plus même distillerie ! En effet il s’agit d’un assemblage de rhums en provenance des 4 distilleries de l’île.

Le rhum a vieilli en tout 10 ans en fût de chêne du Limousin.

L’habillage de la bouteille est faite avec des feuilles de bananier.

La note de dégustation de Nico

Le nez est une gourmandise grillée et caramélisée. Les fruits à coque sont gras, ils ont été moulus en une sorte de pâte gourmande mais bien torréfiée. Le caramel doux vient arrondir tout cela, avec son côté crémeux et son parfum de vanille. Le repos continue d’assouplir tout cela, on fond alors avec le rhum et on se laisse aller à une rêverie caramélisée, chocolatée, doucement épicée. Ce bonbon est enveloppé dans le chêne, avec du tabac et de la vanille. Cette écorce donne ce qu’il faut de tenue.

La bouche est très douce et ne trahit pas les promesses du nez. L’attaque est ronde et sucrée, elle débouche sur la vanille, le caramel doux, puis sur des notes plus torréfiées de bois grillé et de fruits à coque. Le rhum s’assèche peu à peu et nous laisse face à face avec un chêne fortement toasté, avec un soupçon de charbon.

La finale est plus simplement boisée, on retrouve un chêne un peu moins torréfié et le caramel prend des airs de chair de noix de coco.

« Un bonbon de rhum torréfié et caramélisé, emballé dans une écorce de chêne… »

Dzama

Le rhum Dzama voit le jour en 1982, bien après l'indépendance de Madagascar en 1960.

Auparavant, le rhum consommé localement était de qualité assez variable et aucune grande marque ne prédominait.

C'est Lucien Fohine, pour moitié malgache et pour moitié chinois, qui créé la société et le rhum Dzama. Il reprend alors une distillerie installée sur l’île de Nosy-Bé, au Nord-Ouest de Madagacar, près d'une sucrerie où elle puise sa mélasse.

Le nom Dzama est le diminutif de Dzamandzar où est produit le rhum. De même le nom de la société qui possède la marque, Vidzar, est la contraction de “Vieux Rhum de Dzamandzar”.

Par la suite un centre de production est également créé dans le capitale malgache, Tananarive, et d'autres distilleries voient le jour. D'ailleurs aujourd'hui Dzama n'est plus produit sur Nosy-Bé, son île qui l'a vu naître.

Dzama commence alors à utiliser des fûts de chêne pour faire vieillir ses rhums, ce qui est une première sur l'île qui n'est pas habituée aux rhums vieux.

Les fûts utilisés pour le vieillissement viennent d'Écosse et sont pleins lorsqu'ils arrivent. En effet Lucien Fohine, qui avant même de s'intéresser aux rhums distribuait du whisky écossais, est habilité à embouteiller des singles malts. Il réutilise donc ensuite les fûts pour faire vieillir le rhum.

À la mort de Lucien en 1996, c'est son fils Franck Fohine, qui n'a alors que 17 ans, qui reprend l'affaire familiale. Il devient par la suite également le maître de chai de la distillerie grâce à des études réalisée en France d’œnologie, de viticulture et de distillation. Il élargit l'offre en réalisant, notamment, des punchs.

La part de marché des spiritueux de Dzama a Madagascar est aujourd'hui de 60%.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Dzama Millésime 1998 45°”

Laissez un avis visiteur

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez, nous vous recommandons :