Gin Juillet édition confinement 44°

Format

,

Contenance

50 cl

Degré

44

Âge

non vieilli

Packaging

Sans

Genre

Gin

37.90  Bouteille :

En stock

6.69  Échantillon 5 cl :

En stock

Gin Juillet édition confinement 44° : Description et avis clients

Gin Juillet édition confinement est une nouvelle folie de Guillaume Ferroni. Pendant l’épidémie de Covid 19 et le confinement qui a suivi, il a confié tout le stock d’alcool prévu pour son Gin Juillet aux pharmacies de la région, afin de préparer du gel hydroalcoolique. Suite à cela, n’ayant pas l’intention de rester les bras croisés, il a trouvé un moyen de mettre à profit ce moment d’isolement.

Grand passionné de spiritueux et de cocktails, il a au cours des années réalisé de nombreuses expériences de distillation. Cela a donné lieu à de multiples eaux-de-vie, de cardamone, de carvi, de fenouil, d’encens… Il a aussi redonné vie à des liqueurs oubliées, comme l’eau de pucelle, l’eau des carmes, tout en distillant ses propres rhums, gins et bitters.

Il a donc décidé de redistiller les différents échantillons de ses essais passés, afin de confectionner un alcool qui servira de base à ce gin unique. Ce dernier a été complété de restes d’alcool de blé Bio utilisé pour le gin Juillet, ainsi que de rhum. Ainsi, 45 alcools différents entrent dans la recette !

Mais ce n’est pas tout ! Les fruits habituels du Gin Juillet étant indisponibles, Guillaume a rassemblé un bouquet d’aromates du jardin du château des Creissauds. L’hysope, le laurier, la myrte, le romarin, la camomille sauvage, la marjolaine, la mélisse, entre autres, entrent également dans la composition.

Le tout a été distillé dans un ancien alambic chauffé au bois, les livraisons de gaz étant difficiles en cette période. Ce recyclage extraordinaire a donc donné lieu à un spiritueux complètement fou, représenté par cette pièce de jeu d’échecs. Encore un témoin de la malice et du génie de Guillaume Ferroni !

Ferroni

Guillaume Ferroni, un passionné du monde des bars, s'est employé à sillonner le monde à la recherche de spiritueux d'exception : des rhums, mais aussi des alcools à base de rhum disparus qu'il "ressuscite".

Guillaume Ferroni a aussi voulu redonner à Marseille son statut d'autrefois de "ville du rhum". En effet, au XIXème siècle, avant la naissance du Pastis, la cité phocéenne importait ce spiritueux pour le faire vieillir dans des chais locaux. Cette tradition a désormais - au moins symboliquement - repris, puisque c'est à Marseille que les rhums vieux de la gamme Ferroni maturent lentement.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Gin Juillet édition confinement 44°”

Laissez un avis visiteur

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *