Indonésie

Le rhum d’Indonésie, même s’il s’est quelque peu modernisé, se résume au départ au batavia arrack.

Batavia est l’ancien nom de Jakarta donné par les colons Hollandais en référence à l’ancien nom romain des Pays-BasLire plus

Le rhum d’Indonésie, même s’il s’est quelque peu modernisé, se résume au départ au batavia arrack.

Batavia est l’ancien nom de Jakarta donné par les colons Hollandais en référence à l’ancien nom romain des Pays-Bas. L’arrack vient de l’arabe et signifie littéralement « sueur », en référence au goutte à goutte coulant de l’alambic. C’est le nom ancien de toutes les boissons distillées, au Moyen-Orient, mais aussi, par rayonnement, en Asie.

Les premières distilleries ont été découvertes par les Anglais au XVIIème siècle, et semblent avoir été inspirées par les planteurs de canne chinois présents en Indonésie… Lire plus

Le rhum d’Indonésie, même s’il s’est quelque peu modernisé, se résume au départ au batavia arrack.

Batavia est l’ancien nom de Jakarta donné par les colons Hollandais en référence à l’ancien nom romain des Pays-Bas. L’arrack vient de l’arabe et signifie littéralement « sueur », en référence au goutte à goutte coulant de l’alambic. C’est le nom ancien de toutes les boissons distillées, au Moyen-Orient, mais aussi, par rayonnement, en Asie.

Les premières distilleries ont été découvertes par les Anglais au XVIIème siècle, et semblent avoir été inspirées par les planteurs de canne chinois présents en Indonésie. C’est en effet une technique chinoise, équivalente du maltage pour fermenter le grain, qui fait la particularité du batavia arrack : traditionnellement, on diluait la mélasse de canne à sucre avec de l’eau (et parfois du vin de palme) et on introduisait une sorte de pain de riz rouge un peu moisi pour démarrer la fermentation.

La distillation se faisait dans  des alambics artisanaux, progressivement remplacés par des pot-stills britanniques.

C’était une boisson très populaire en Europe au XVIIème siècle, surtout auprès des Suédois qui étaient friands de leur Rum Punch, et la distribution était sous contrôle strict des Hollandais (ce qui est toujours le cas car la société E&A Scheer, à Amsterdam, est toujours l’unique importateur). Cet alcool des pays lointains était à l’époque très bien coté, même davantage que le rhum jamaïcain des débuts. Il était utilisé dans l’assemblage de la Royal Navy et s’est imposé comme un produit de luxe dégusté dans les bars chics de Londres.

Aujourd’hui, c’est un produit toujours rare que l’on utilise avant tout dans les assemblages. On utilise plus directement de riz pour la fermentation, mais seulement des levures de ce fameux riz rouge.

La marque Indonésienne Naga utilise une partie de Batavia Arrack dans son assemblage, couplé avec un rhum de mélasse léger, et des embouteilleurs indépendants comme La Compagnie des Indes ou Banks en ont utilisé, respectivement pour leur rhum blanc Tricorne et leur blend 5 island. Lire moins

Filtrer Produits 7 résultats
Tri
Marque
Genre
Région
Âge
Millésime
Contenance
Pack
Profil
Particularité
Coups de cœur
Degré
Prix