Cadenhead’s Nicaragua NMC Volcano Distillery 11 ans Brut de fût 62°

Format

,

Contenance

70 cl

Degré

62

Âge

++

Millésime

2002

Packaging

Étui

Profil

Bois, Épices douces, Fruits, Fumée, Sec, Torréfaction, Végétal

Genre

Rhum, Rhum de tradition espagnole (Ron), Rhum traditionnel de mélasse

Particularité

Brut de fût

95,90  Bouteille :

En stock

9,75  Échantillon 5 cl :

En stock

Cadenhead’s Nicaragua NMC Volcano Distillery 11 ans Brut de fût 62° : Description et avis clients

Ce rhum de chez Cadenhead a été distillé en colonne en 2002, puis vieilli en fût de chêne pendant 11 ans avant d’être embouteillé en 2013.

Comme pour tous les rhums de l’embouteilleur indépendant Cadenhead, Nicaragua NMC Volcano Distillery 11 ans n’a subit aucune filtration à froid, et rien n’a été ajouté : ni caramel, ni sucre, ni aucun autre additif. De plus, il a été embouteillé « brut de fût », c’est à dire sans réduction de son degré naturel d’alcool à la sortie du fût.

La note de dégustation de Nico

Résumé : équilibré – boisé bien assaisonné – vanille – tabac – léger en bouche

Le nez de ce rhum est plutôt brillant et solaire. L’alcool disparaît vite au profit d’un duo vanille – bois moelleux assez plaisant. Le profil est relativement léger, avec des notes miellées de caramel, de mélasse, de boisé doux, d’épices, que l’on pourrait retrouver dans un tabac bien gras. L’équilibre qui s’établit, à mesure que le rhum se pose, est agréable et pourrait s’approcher de certains rhums de tradition Anglaise. On pourrait être quelque part à la frontière du Belize par exemple, et on se dit que l’option du brut de fût réussit plutôt bien à ces rhums Latinos. Les fruits à coque, le caramel et le bois toasté ne se mettent pas trop en avant, les épices montent en puissance en revanche.
L’aération révèle un côté végétal sec, sur le foin, la paille ou le petit bois sec. Nous avons également un côté terreux ou poussiéreux. Il y a des fruits à coque moulus et du café dans cette poussière qui monte au nez de façon puissante. L’aspect végétal prend ensuite une forme plus ronde, avec une bonne poignée de tabac frais. Les fruits à coque aussi sont de plus en plus ronds, l’arachide a bien une coque friable et sèche, mais contient également un fruit bien gras. Le poivre maintient un côté piquant et stimulant, alors que bientôt l’équilibre revient avec un boisé gourmand fait de vanille et de coco.

L’entrée en bouche est puissante et dominée par le caramel. Plutôt simple, cette bouche est pourtant fidèle au nez avec un boisé toasté puis miellé et des épices qui fourmillent sur la langue. On peut dire que la sensation est plutôt sèche, avec un petit retour fumé.

En finale, la simplicité est toujours de mise, distillat léger oblige, avec de la vanille et des fruits à coque torréfiés et concassés.

« Le brut de fût réussit bien aux rhums de tradition Latino-Américaine. Le nez est agréable et complet, et on retrouve un rhum plus traditionnellement léger en bouche… »

Cadenhead

Réclamant son titre de plus vieil embouteilleur d’Écosse, Cadenhead est assurément l’une des firmes phares du monde des spiritueux.

Cadenhead : une réinvention depuis 1842

C’est en 1842 que la firme voit le jour à Aberdeen au 47 Netherkirkgate où elle demeure par la suite plus de 130 ans.

À l’origine, on retrouve George Duncan, négociant en vins et agent pour les distilleries. Quelques années plus tard, il est rejoint par son beau-frère, un certain William Cadenhead. Quand ce dernier obtient l’affaire en 1858 suite à la mort de Duncan, il la renomme en utilisant son nom.

En 1904, c’est au tour de William Cadenhead de décéder et son neveu, Robert W. Duthies, reprend le flambeau. C’est à cette époque que Cadenhead voit son activité se concentrer sur les spiritueux, avec l’embouteillage de single malt et de rhum Demerara. De même, il développe l’assemblage avec des marques telles que The Deluxe Putachieside et The Heilanman.

Après le décès de Robert W. Duthies, c’est une employée, Ann Oliver, à qui revient la lourde tâche de pérenniser l’affaire et ce jusque dans les années 60. N’ayant que peu de connaissance sur le sujet, elle ne fait pas évoluer la firme ce qui finit par aboutir à la vente de l’entreprise. L’entrepôt est plein et cela donne alors lieu à la plus grosse vente de vins et de spiritueux de l’histoire de la Grande-Bretagne, les 3 et 4 octobre 1972 chez Christie’s.

C’est J&A Mitchell, propriétaire de Springbank et Kilkerran, qui remet ensuite Cadenhead sur les rails. L’entreprise se situe désormais à Campbeltown et possède des boutiques à travers l’Europe.

Cadenhead : un embouteilleur hétéroclite

S’ils proposent divers spiritueux, y compris du cognac, ce sont les whiskys et les rhums qui sont au cœur de l’offre de Cadenhead.

Pour ce qui est des whiskies, on retrouve des assemblages au sein de la gamme Cadenhead creations (des small batchs principalement), des blends et des undisclosed distillery (le nom de la distillerie n’est pas dévoilé pour ce type de whisky) au sein de la gamme William Cadenhead. On peut aussi citer la gamme single cask, la small batch cask strength, la small batch 46 (whiskys réduits) et des gammes exclusives pour les magasins Cadenhead (Authentic Collection, World Whiskies, Closed Distilleries).

De même, les rhums sont répartis dans la gamme Cask Strength Rum, les Green Label (réduits à 46%) et les Classic Blended Rum.

1 avis

  1. Julien Benson

    Très fruité très parfumé mais manque de longueur

Be the first to review “Cadenhead’s Nicaragua NMC Volcano Distillery 11 ans Brut de fût 62°”

Laissez un avis visiteur

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez, nous vous recommandons :