ReimonenQ

ReimonenQ

L’histoire des rhums Reimonenq

La famille Reimonenq débute dans le rhum par l’intermédiaire de frères d’origine finlandaise. En 1915, Joseph travaille dans la banque et mène en parallèle une activité de négoce de rhum avec la métropole… Lire plus

L’histoire des rhums Reimonenq

La famille Reimonenq débute dans le rhum par l’intermédiaire de frères d’origine finlandaise. En 1915, Joseph travaille dans la banque et mène en parallèle une activité de négoce de rhum avec la métropole. Avec son jeune frère Fernand, qui a 18 ans à l’époque, il rachète le domaine de Bellevue au Docteur Diavet. Cette plantation de cacao et de plantes médicinales se trouve sur la commune de Sainte Rose, sur Basse Terre, en Lire plus

L’histoire des rhums Reimonenq

La famille Reimonenq débute dans le rhum par l’intermédiaire de frères d’origine finlandaise. En 1915, Joseph travaille dans la banque et mène en parallèle une activité de négoce de rhum avec la métropole. Avec son jeune frère Fernand, qui a 18 ans à l’époque, il rachète le domaine de Bellevue au Docteur Diavet. Cette plantation de cacao et de plantes médicinales se trouve sur la commune de Sainte Rose, sur Basse Terre, en Guadeloupe.

Joseph s’occupe des affaires et du travail administratif, tandis que Fernand met en place la culture de la canne et monte une distillerie alors entièrement en bois. Le duo s’associe avec un certain André Bon, directeur de la sucrerie de Grande-Anse, sur l’île de Marie-Galante. Ce dernier fournit une machine à vapeur, ainsi qu’un moulin pour broyer la canne.

Reimonenq débute dans le rhum agricole

La production de rhum démarre en 1916. Rapidement, l’armée française prise dans la première guerre mondiale et privée d’alcools locaux, se tourne vers les Antilles. La distillerie de Bellevue produit alors 200 à 360 000 litres de rhum par an, dont une grande partie est expédiée vers le front.

Joseph Reimonenq est une personnalité importante de Guadeloupe, et devient maire de Sainte Rose et Conseiller général en 1920. Il restera à ce poste jusqu’en 1944. En 1929, André Bon quitte la distillerie et s’installe à Bordeaux pour s’établir en tant que négociant. Les deux frères sont entièrement aux commandes de l’entreprise familiale.

Fernand apporte de nombreuses améliorations sur la plantation, notamment du point de vue de l’acheminement. Il veille également à ce que la canne soit d’une propreté irréprochable. En évitant que de la terre et des impuretés ne se retrouvent dans le vesou, il permet ainsi d’assurer une bonne fermentation et un rhum pur. Aujourd’hui encore, Léopold Reimonenq insiste sur le fait que la canne ne doit pas toucher le sol entre la coupe et le broyage.

Léopold Reimonenq, légende du rhum guadeloupéen

Joseph, le grand frère, décède en 1950. Fernand reprend alors le flambeau, et apprend le métier à son fils Léopold, qui intègre la distillerie dès 1954. En 1959, c’est au tour de Fernand de disparaître, et c’est l’actuel propriétaire, Léopold, qui hérite de l’établissement.

Quelques années auparavant, la famille avait expérimenté la mise en fût et le vieillissement. Les essais deviennent concluants, et en 1960, la distillerie se dote d’un premier chai d’une capacité de 100 fûts, ainsi que d’une chaîne d’embouteillage. Léopold souhaite acquérir une solide culture du rhum, et voyage beaucoup. Il observe les méthodes de nombreuses distilleries à travers le monde, et améliore continuellement sa distillerie, ainsi que ses techniques agricoles.

Les rhums vieux commencent à se distinguer

En 1965, le premier rhum vieux est embouteillé sous la marque Grand Corsaire. À la fin des années 1960, le domaine de Bellevue est le premier de Guadeloupe à passer à la mécanisation de la récolte. Mais en 1970, tout s’effondre à cause d’un court-circuit qui provoque un incendie dévastateur. La distillerie est entièrement détruite, mais Léopold ne baisse pas les bras. Pour que la marque survive, il achète du rhum à des confrères de l’île.

Il investit également dans la culture de l’aubergine, avec un grand succès, ce qui lui permet de reconstruire peu à peu la distillerie, qui rouvre ses portes en 1974. Dans cette reconstruction, il en profite pour devenir un pionnier de l’agriculture raisonnée. Il est le premier à retraiter ses vinasses, qu’il épand dans les champs de canne en tant que fertilisant. La bagasse est elle-aussi disposée dans les rangset sert d’engrais tout en étouffant les mauvaises herbes. Dans les années 1979-80, la banane remplace l’aubergine, mais lecyclone David et l’ouragan Frédéric ravagent immédiatement les cultures.

C’est en 1985 que Reimonenq obtient sa première récompense au Concours Général Agricole de Paris. 1986 et 1987 sont aussi des années à récompenses pour les rhums de la distillerie, qui se distinguent à Madrid, Bruxelles et New York.

Le musée du rhum

Un musée du rhum est construit sur le domaine entre 1988 et 1989, mais décidément, les éléments s’acharnent. C’est le cyclone Hugo qui réduit cette fois tous les efforts à néant. Le musée est finalement reconstruit en 1990, et devient l’un des hauts lieux du tourisme guadeloupéen. Désormais, les rhums portent la marque Musée du Rhum, et la mention Coeur de Chauffe. Pendant 20 ans, le musée s’enrichira d’une collection d’insectes, de maquettes de bateaux, d’objets d’arts et métiers, puis de reproductions d’animaux à taille réelle.

Léopold Reimonenq n’a de cesse de moderniser ses installations, et installe un nouveau moulin, ainsi qu’une cuve en bois rapportés du Brésil. Il se dote en 2002 d’une double colonne dont il est particulièrement fier, et qui fixe l’identité du rhum Reimonenq tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Lorsqu’en 2016, la distillerie fête ses 100 ans, Léopold est toujours aux commandes. C’est l’une des plus grandes mémoires rhumières de Guadeloupe, et il aide encore ses confrères distillateurs de ses conseils avisés.

La production du rhum Reimonenq

La plantation de canne s’étend sur 20 hectares, et permet de produire 3000 tonnes chaque année. Pour le reste de ses besoins, la distillerie fait appel à des petits planteurs environnants.

Les cannes R570, R579, R582 sont plantées en agriculture raisonnée, et la récolte se fait entre février et juillet.

Une fois le jus de canne pressé, il est mis en fermentation pour une durée qui peut aller de 36 à 48 heures. Celle-ci s’effectue en cuves ouvertes (3 cuves de fermentation de 90 000 litres chacune), selon la technique du pied de cuve. Dans ce processus, on utilise aussi bien des levures naturelles, que des levures de boulanger, ou des levures spécifiques de rhumerie. Le moût prêt à distiller titre entre 4 et 6 degrés.

Une méthode de distillation unique

La distillation s’effectue sur une double colonne inox unique au monde. Ses 4 fonctions (dégazage, distillation, concentration et extraction) lui permettent d’obtenir le rhum Coeur de Chauffe, symbole de Reimonenq. Elle est en outre dotée d’un échangeur thermique qui sépare le vin de l’alcool. Le vesou est chauffé indirectement via un serpentin, pour meilleur contrôle de la température. Le distillateur a ainsi davantage la main sur son travail, d’autant que cette colonne n’est pas équipée de programmation automatique.

300 000 litres de rhum agricole sont produits par an, dont 80 000 sont mis en fût. Les chais sont composés de quelques 1600 fûts. Il sont entièrement en bois, ce qui permet une température constante d’environ 28° toute l’année.

Les fûts utilisés sont en majorité d’anciens fûts de bourbon de 180, 200 ou 220 litres. Mais Reimonenq est aussi équipée de tonneaux demi-muids de 600 litres en chêne français. On pratique l’ouillage, ainsi qu’une réduction progressive pendant le vieillissement.

La gamme des rhums Reimonenq

Le rhum le plus répandu et le plus célèbre de la gamme est le Coeur de Chauffe blanc 50 %. On trouve également un rhum ambré élevé quelques mois sous bois, et puis une variété étendue de rhums vieux.

Ainsi, le rhum vieux Première Cuvée est âgé de 3 ans au minimum. Ensuite viennent le 7 ans et le 9 ans. Reimonenq présente également deux sublimes carafes : la cuvée RQL est un millésime 1999 embouteillé chaque année, donc de plus en plus vieux. La cuvée Hors d’Âge est quant-à elle issue d’un millésime 1998, mis en bouteille selon le même principe.

Le rhum vieux JR a une place particulière dans la gamme, puisqu’il n’est pas issu du style Coeur de Chauffe. Il s’agit d’un rhum plus léger, élevé dans des fûts de bourbon plus récents. Lire moins